Interview avec Antje Horvath

Antje Horvath, responsable du département Assurance de l’ assurance des bâtiments de Soleure et membre du comité de contrôle SSREI, sur les thèmes de l’efficacité énergétique dans les bâtiments existants, de la responsabilité individuelle et des dangers naturels.

Madame Horvath a étudié l’architecture à l’Ecole polytechnique de Karlsruhe et a obtenu son diplôme en 1995. Il a été suivi d’un diplôme de fin d’études en sciences régionales / planification régionale ainsi que de nombreuses formations continues sur des thèmes techniques et de gestion. Mme Horvath a longtemps travaillé en tant qu’architecte avant d’être engagée en 2007 par la direction des travaux publics de Zurich, après un détour par la science à l’ART agroscope Reckenholz-Tänikon. Elle y a notamment dirigé pendant de nombreuses années le service de certification Minergie du canton de Zurich. Parallèlement, elle a été membre du comité directeur des associations « Forum Energie Zürich » ainsi que « CECB (Certificat énergétique cantonal des bâtiments) ». En 2019, elle a changé de branche pour s’occuper des assurances immobilières. Elle dirige aujourd’hui le service Assurance de l’Assurance des bâtiments de Soleure (SGV). Mme Horvath est également membre du comité d’audit du SSREI.

Interview avec Antje Horvath :
Assurance des bâtiments de Soleure

SSREI : Qui êtes-vous ?

Antje Horvath : Je suis une personne très intéressée par de nombreux sujets et qui essaie, par ses actions, d’améliorer les choses. C’est pourquoi les thèmes de l’environnement et du CO2 liés à la construction m’ont fasciné. Aujourd’hui, après mon changement de branche dans le monde de l’assurance, j’essaie d’y apporter ma contribution à une Suisse durable.

SSREI : En raison de votre parcours, vous réunissez les disciplines de l’énergie et de l’environnement ainsi que des dangers naturels, qui sont également prises en compte dans les indicateurs d’évaluation SSREI. Plus de la moitié du parc immobilier suisse a plus de 40 ans, dont environ 1,5 million de biens immobiliers nécessitant un assainissement – mais le taux d’assainissement n’est que d’environ 1% et plus de 60% des bâtiments sont encore chauffés au mazout ou au gaz. Avons-nous une chance de réussir la transition énergétique à temps ?

Antje Horvath : La transition énergétique dans le secteur du bâtiment dépend notamment des facteurs suivants : la qualité de l’enveloppe du bâtiment, le système de chauffage et enfin le comportement des occupants. Une baisse de la température ambiante d’un degré suffit à elle seule à réduire de 6% les émissions de CO2 dans les bâtiments anciens, et l’effet est encore plus marqué dans les constructions récentes. Mais les nouvelles technologies ne suffiront pas. La contribution de tous est nécessaire : de la science, de la politique, de l’économie – et de chacun d’entre nous.

SSREI : SSREI peut-il également apporter une contribution dans ce domaine ?

Antje Horvath : Absolument. Ainsi, les facteurs mentionnés sont également évalués dans la méthodologie SSREI et les résultats de l’évaluation individuelle fournissent des points de repère pour le potentiel d’amélioration possible. De plus, avec la loi sur le CO2, nous disposons en Suisse d’un système d’encouragement efficace qui fait continuellement avancer ce processus. La situation politique actuelle encourage les économies d’énergie, les rénovations énergétiques et l’utilisation de sources d’énergie alternatives.

 SSREI : Les pompes à chaleur sont notamment encouragées. Mais celles-ci ne constituent qu’une solution limitée tant qu’une pénurie d’approvisionnement menace et que la production d’électricité devrait même être partiellement reconvertie au charbon.

Antje Horvath : Si nous devions effectivement en arriver là, cela ne doit être qu’une solution transitoire à court terme. Le tournant énergétique implique de créer les conditions-cadres nécessaires au niveau politique, c’est-à-dire de combler la pénurie d’électricité, et ce de manière renouvelable.

SSREI : Nous avons évoqué plus tôt l’influence de l’habitant. Outre le comportement en matière de chauffage, à quoi l’individu peut-il faire attention ?

Antje Horvath : Un levier important réside certainement dans l’électricité domestique (appareils utilisés, eau chaude, éclairage, etc.), qui représente environ 30% des besoins énergétiques d’un bâtiment. Il est essentiel d’utiliser des appareils efficaces sur le plan énergétique et de les utiliser avec modération. Il est également possible d’économiser beaucoup d’électricité en éteignant effectivement les appareils au lieu de les laisser en mode veille.

 SSREI : Abordons les risques naturels. Quelle est la situation dans notre pays ?

Antje Horvath : Il suffit de regarder la carte de la grêle en Suisse – elle est désormais rose à rose foncé sur la quasi-totalité du territoire, et les intempéries augmenteront encore en raison du réchauffement climatique, selon les prévisions des scientifiques. Comme nous l’avons appris récemment à nos dépens, ce scénario s’applique également aux fortes pluies, aux inondations et aux tempêtes. La Suisse a notamment été frappée par plusieurs intempéries au cours de l’été 2021. Cela a principalement concerné les cantons de Lucerne, Zoug et Zurich, où la grêle a été plus fréquente. En revanche, à Soleure, nous avons eu plus de problèmes d’inondations. Comme le montrent les statistiques à l’échelle nationale, plusieurs événements extraordinaires ont eu lieu en Suisse au cours des 20 dernières années.

SSREI : Comment l’Assurance immobilière de Soleure se comporte-t-elle, c’est-à-dire quelles sont les mesures concrètes prises pour sensibiliser les propriétaires aux dangers naturels ?

Antje Horvath : Outre l’assurance proprement dite des objets et l’intervention en cas de sinistre, nous avons également pour mission de conseiller les propriétaires sur la prévention des dommages naturels et de leur indiquer les mesures possibles pour réduire le risque de sinistre. Lors de la mise en œuvre de mesures de prévention, l’Assurance immobilière de Soleure participe également avec des moyens financiers. Pour le travail d’information, nous recevons le soutien de l’Association des établissements cantonaux d’assurance (AECA).

 SSREI : Quels sont les enseignements tirés de votre travail au sein du comité d’audit SSREI ?

Antje Horvath : Dans le cadre du processus de contrôle, nous vérifions si les risques liés aux événements naturels ont été correctement identifiés et signalons explicitement les mesures de prévention – lorsqu’elles n’ont pas déjà été mises en œuvre. Celui qui n’a pas fait ses devoirs le « paie » par une évaluation moins bonne. D’une manière générale, nous constatons qu’il existe encore un certain potentiel d’amélioration en ce qui concerne les mesures de prévention des dangers naturels.

SSREI : …et le propriétaire de l’immeuble n’est pas seulement pénalisé par une moins bonne évaluation SSREI, mais aussi par un éventuel dommage coûteux ou, dans le meilleur des cas, par des désagréments.

Antje Horvath : C’est exact. Même si le propriétaire est assuré, il aura toujours des ennuis.

SSREI : Merci beaucoup, Madame Horvath, pour le temps que vous nous avez consacré et pour cet entretien intéressant.

Aperçu des dommages causés aux bâtiments par les dangers naturels en Suisse

Article précédent
Explications concernant SSREI version 1.1
Article suivant
ASIP : Guide ESG pour les caisses de pension suisses